Quels impôts paye-t-on en France ?

Gestionnaire de patrimoine

Payer des impôts c’est investir dans la pérennité et le développement du pays dans lequel on est résident. En effet, l’impôt sur le revenu représentait 24,2 % des recettes nettes de l’État, soit 73 milliards d’euros. Mais c’est loin d’être sa seule source de « revenus ».

En réalité, ses recettes se déclinent en recettes fiscales et non fiscales. Les premières sont les impôts, qui représentent plus de 95 % des recettes totales, tandis que les secondes sont les revenus du patrimoine, de l’activité industrielle et commerciale ou encore des rémunérations des services rendus. Comment sont réparties les recettes nettes de l’État français ?

Les impôts sur la consommation

Contrairement à une idée reçue, l’impôt sur le revenu n’est pas la première source de revenus de l’État français ! Tout en haut du podium se trouve la Taxe sur la Valeur Ajoutée (TVA) ! Avec la taxe intérieure de consommations sur les produits énergétiques (TICPE), elles forment les impôts sur la consommation.

En 2018, la TVA représentait 51,7 %, soit plus de la moitié, des recettes de l’État, à hauteur de 156 milliards d’euros. La TICPE, quant à elle, affiche 4,6 % pour 14 milliards d’euros.

Les prélèvements sur les revenus

Ces impôts concernent directement les revenus des contribuables, puisqu’ils sont prélevés sur les salaires, pensions de retraite, pensions de chômage, etc. Il en existe plusieurs, le plus connu étant l’impôt sur le revenu (IR), suivi de près par l’impôt sur les sociétés (IS). Les professions commerciales, industrielles et artisanales à leur compte sont également concernées, puisqu’ils sont redevables de l’impôt sur les bénéfices industriels et commerciaux (BIC).

En 2018, l’impôt sur le revenu représentait donc 24,2 % des recettes de l’État, soit 73 milliards d’euros, tandis que l’impôt sur les sociétés en représentait 8,6 %, soit 26 milliards d’euros.

Les impôts sur la propriété et le capital

Ils sont composés de la taxe foncière (dont le prélèvement est assuré par les collectivités territoriales), de l’impôt sur les plus-values mobilières et immobilières, de l’impôt sur la fortune immobilière (IFI, remplaçant de l’ISF) et autres droits de mutation.

Réduisez vos impôts