Les impôts locaux par villes

Comment Payer Moins d’Impôts?

Les communes ou les EPCI perçoivent généralement six impôts locaux différents : 

  • La taxe foncière sur les propriétés bâties ;
  • La taxe foncière sur les propriétés non bâties ;
  • La taxe d’habitation, qui inclut entre autres la contribution à l’audiovisuel public (ex-redevance TV) ;
  • La contribution économique territoriale (CET). Cet impôt s’est substitué à la taxe professionnelle depuis 2010. Il se compose de la cotisation foncière des entreprises (CFE) assise sur les bases foncières et de la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) assise sur la valeur ajoutée ;
  • La redevance des mines ;
  • L’imposition forfaitaire sur les pylônes.

En plus des impôts mentionnés ci-dessus, les villes peuvent également instituer les taxes supplémentaires suivantes :

  • La taxe d’enlèvement des ordures ménagères ;
  • La taxe de balayage, lorsqu’elles assurent le balayage de la superficie des voies livrées à la circulation publique qui incombe aux propriétaires riverains.
  • Les taxes spéciales d’équipement perçues au profit des établissements publics ;
  • La taxe de trottoir ;
  • La taxe de pavage ;
  • La taxe pour la gestion des milieux aquatiques et la prévention des inondations.

Les taux de ces taxes peuvent varier d’une année sur l’autre, mais surtout d’une commune sur l’autre ! En 2021, par exemple, les taux des impôts locaux à Paris n’ont pas changé depuis 2011 : 13,5 % pour la TFPB, 13,38 % pour la taxe d’habitation et 16,52 % pour la CFE. Alors qu’à Bordeaux, en comparaison, la taxe d’habitation est passée de 22,98 % en 2014 à 24,13 % en 2015, pour conserver le même taux aujourd’hui.

Gestionnaire de patrimoine