Réduire ses impôts 2018

Vous avez remarqué cependant qu’il existe des sommes d’argents qui auraient du être déduit de vos revenus pour réduire vos impôts. Comment réduire ses impôts sur le revenu en 2018 ? Réduire et déduire de ses impôts est la même chose ? Y a-t-il une différence entre réduire ses impôts en étant célibataire et en étant en couple ? Vous trouverez les réponses à toutes ces questions à travers de cet article.

Qu’est-ce qu’une réduction d’impôts ?

Il existe trois manières qui permet de déduire directement ou indirectement les impôts:

  • La réduction d’impôts : elle est caractérisée par la diminution de ce que vous avez à déclarer à l’administration fiscale. En fonction de votre situation, il est possible de soustraire une somme forfaitaire à vos impôts. Cela signifie que si vous avez peu d’impôts à payer, il sera possible que vous n’aurez plus rien à payer. Cependant, vous n’aurez pas de compensation si le montant de la réduction est plus élevé que votre montant à payer.
  • La déduction d’impôt : elle sera effectuée avant le calcul de l’administration fiscale. Il s’agira d’une somme avec laquelle vous êtes éligible. Au lieu d’être une somme forfaitaire qui vous soit retirée (une réduction), c’est l’assiette du calcul qui va être réduite. L’assiette est la somme qui est définie pour calculer votre base imposable. Cette méthode est moins efficace que la réduction, mais cela fait diminuer tout de même vos impôts.
  • Le crédit d’impôt : c’est un droit de réduction sur un investissement. C’est notamment le cas pour lorsque vous effectuez des travaux d’isolation thermique. Si la somme du crédit d’impôt dépasse les impôts que vous auriez dû payer, vous recevez un remboursement de la part de l’administration fiscale. C’est la diminution d’impôt la plus efficace.

Il existe différentes techniques de défiscalisation qui permettent de réduire plus ou moins vos impôts sur le revenu. Pour la déclaration fiscale, il faut savoir qu’une part équivaut à une personne à charge. Par conséquent, plus vous avez de personnes à charge, plus vous obtenez des déductions. Il ne faut pas oublier qu’avoir une personne à charge à un coût. C’est le cas pour vos enfants. C’est également le cas si vous avez une personne handicapée à charge (une demi-part supplémentaire) ou un autre membre de votre famille.  

Comment réduire ses impôts en 2018 ?

L’objectif ici ne consiste à pas à référencer exhaustivement toutes les réductions, déductions et crédits d’impôts, mais plutôt de vous donner des astuces en fiscalité pour savoir comment réduire vos impôts.

La réduction des impôts sur le revenu sans investir

Vous avez souvent entendu que le mariage pouvait être intéressant au niveau des impôt. Il existe certains avantages fiscaux lorsque l’on a des enfants ou des personnes à charge. Les diminutions d’impôts concerne également le cas de divorce, de parent isolé ou de personne célibataire. Voici quelques informations sur les réductions d’impôts possibles sans investir obligatoirement.

La réduction d’impôts sur le revenu :

·         Le don aux associations reconnues d’utilité publique ou à un organisme (ou œuvre) d’intérêt général : 66 % des sommes versées dans la limite de 20 % du revenu imposable (jusqu’à 75 % pour 531 € de don pour l’aide aux personnes en difficulté) ;

·         En cas de divorce : réduction de 25 % du montant versé (ou des biens ou encore des droits accordés) sur une année, plafonné à 7 625 €.

·         Sur les contrats de prévoyance : 25 % sur les sommes versées pour la prévoyance, plafonnée à 1 525 € avec une augmentation de 300 €/enfant à charge.

La déduction d’impôt :

Le crédit d’impôt sur les frais de scolarisation et de garde d’enfants à charge :

·         50% des sommes versées pour la garde d’un enfant de moins de 7 ans est jusqu’à 1150 € maximum (après déduction de la CAF) ;

·         61 €/enfant au collège, 153 €/enfant au lycée et 183 €/enfant en enseignement supérieur.

Le crédit de 50% sur les sommes versées est également valable pour toute personne ayant un salarié à domicile pour la garde d’enfant, le soutien scolaire des petits travaux ou encore en assistance.

Réduire ses impôts en investissant

Il existe surtout des crédits, des déductions et quelques réductions d’impôts lorsque vous faites des investissements dans des biens ou pour des travaux.

Les réductions d’impôts par la location d’un bien meublé pour un non professionnel (Loi Censi-Bouvard) : calcul sur le prix de revient sur un montant de 300 000 € avec une réduction entre 11 % et 25 % en fonction de l’année d’acquisition du logement.

Il existe également des diminutions d’impôt sur le revenu pour le parrainage d’entreprise, la souscription du capital ou la reprise de PME et enfin pour la restauration immobilière sous le dispositif de la loi Malraux.

Que va changer le prélèvement à la source ?

L’entrée en vigueur du prélèvement à la source en France le 1er janvier 2019 inquiète beaucoup les contribuables bénéficiaires de crédits et réductions d’impôts. Ce nouveau mode de recouvrement de l’impôt sur le revenu viendra remplacer le système en place actuellement, mais ne modifie pas les règles de calculs, ni les taux, les tranches ou barèmes de l’impôt, mais uniquement les options de paiement. Il faut savoir que :

·         Les réductions d’impôt 2018, dont vous bénéficiez, seront maintenues.

·         Vous obtiendrez une avance de 60 % sur l’assiette de votre revenu fiscal de l’année précédente.

·         Cette avance sera versée à partir du 15 janvier 2019.

·         Les 40 % restant vous seront versés pour l’été 2019. Il en est de même pour les dispositifs Pinel, Duflot, Scellier et Censi-Bouvard, pour les dons et les cotisations syndicales.

réunion d’information

Vous souhaitez être invité à une réunion d’information pour poser vos questions précises à une équipe constitué de gestionnaire de patrimoine, fiscaliste et notaire

Remplissez le formulaire avec vos coordonnées pour recevoir votre invitation en fonction de votre localisation

Aménagement du port du Havre : l’autopsie d’une réussite

 

 

Un entrepreneur breton annule sa poursuite en justice vers le magnat chinois de l’immobilier M. Hsueh Sheng Wang, dit « M. Wang » d’Eurasia Groupe

En jeu : l’aménagement d’une partie du port du Havre

C’est une bonne affaire pour le port du Havre : un riche homme d’affaires chinois porteur de nombreux projets, des rendements locatifs importants

 

  1. WANG, Eurasia Groupe

 

Démarré d’une petite société de vente de détail de produits textile, maroquinerie, suivi d’un succès de l’importation des produits fabriqués en Chine, le Groupe s’est positionné dans l’immobilier commercial.

Le Groupe exerce actuellement une triple activité :

–    Une activité de location directe consistant à acquérir en vue de les louer des actifs immobiliers de magasins/show-rooms, d’entrepôts et de bureaux.  Le Groupe détient en propre un patrimoine immobilier de 64 713 m².

–    Une activité de sous location consistant à prendre de bail en vue de les sous louer des actifs immobiliers de magasins/show-rooms, d’entrepôts et de bureaux.   Le Groupe sous loue un patrimoine immobilier de 188 772 m².

–    Une activité hôtelière.  Le Groupe détient en propre un hôtel d’une capacité de 43 chambres.

Le parc immobilier sous gestion est ainsi de 253 483 m² et comprend 29 sites.  Le Groupe totalise à ce jour 522 lots loués à des tiers ce qui représente un taux d’occupation d’environ de 95 % de son parc.

La principale stratégie du Groupe est de chercher en permanence à proposer à ses clients un lot correspondant à leurs exigences en termes de superficie.  La taille des lots s’échelonne de 50 m² à environ 5 000 m².

 

 

 

Tout commence en 2011. L’homme d’affaires chinois Hsueh Sheng Wang, à la tête d’Eurasia Groupe, rachète en grande pompe à la municipalité du Havre, en Seine-Maritime, 79 000 m² d’entrepôts désaffectés, idéalement situés près du port. Son ambition affichée est d’en faire un grand centre d’import-export avec la Chine. Son empire immobilier commercial, situé à Aubervilliers, en Seine-Saint-Denis, lui en donne les moyens. L’acte de vente de 7 M€ est signé sous l’oeil des caméras de télévision, à l’hôtel de ville, par le maire de l’époque, un certain Edouard Philippe. Très enthousiaste, ce dernier promet la création de 600 à 700 emplois.

 

Une fois les entrepôts divisés en lots, Hsueh Sheng Wang les met sur le marché. L’un des premiers acquéreurs à sortir son portefeuille est cet entrepreneur breton, qui souhaite garder l’anonymat. En 2013, il achète deux cellules commerciales pour la somme de 800 000 €, dans l’optique de les louer.

 

empoché au Havre au moins 26 M€ à la suite de la cession de plusieurs lots, selon le rapport d’activité 2014 et d’autres ventes ont eu lieu depuis.

 

«Je voulais aider la France» Hshueh Shen Wang, promoteur immobilier

En 2006, la ville du Havre fait l’acquisition de 79 000 m 2 d’entrepôts situés sur le port. Coût de l’opération : 7,5 M€. Mais, pendant les quatre années qui suivent, aucun projet ne voit le jour. Si bien qu’en 2010 la mairie, emmenée alors par le futur Premier ministre Edouard Philippe, décide de vendre toute cette zone à Hsueh Sheng Wang. Ce dernier promet des aménagements considérables et laisse entrevoir des perspectives alléchantes pour le développement économique de la ville.

Du côté de la mairie, on se retranche derrière le fait que le site est aujourd’hui privé. Quant à M. Wang, joint par téléphone, il assure qu’il n’a jamais promis de créer des emplois. « La municipalité était bien contente de vendre pour ne plus payer de taxe foncière. Je voulais investir pour aider la France mais Le Havre est un endroit qu’on ne peut pas développer. »

 

 

 

Wang, ex-investisseur du port du Havre est en Chine investi dans les hauts de seine

 

  1. Hsueh Sheng Wang, dit « M. Wang » Eurasia Groupe, figure commerçante d’Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) Centre Eurasia et investisseur du port du Havre

Arrivé de Chine en France, sans papiers, en 1978, à l’âge de 13 ans, M. Wang était notamment passé par la restauration, le textile (sous-traitant de La Redoute et de Kiabi) avant de se lancer dans l’immobilier de bureaux. Un parcours de self-made-man fulgurant qui suscitait autant d’admiration que d’interrogations au sein de la diaspora chinoise.

  1. WANG, Eurasia Groupe avec une équipe de plus de 200 collaborateurs

Poursuivi depuis longtemps par une réputation sulfureuse, Le Monde avait pu le rencontrer en 2011, au moment du lancement de ses investissements au Havre.

Introduction de la société Eurasia Groupe sur Nyse Alternext

C’est la première fois qu’une entreprise chinoise basée à Paris, Eurasia Groupe, fera son introduction sur le marché boursier européen.

Eurasia Groupe est une société spécialisée dans l’immobilier commercial. Son entrée en bourse a été accueillie avec enthousiasme par les investisseurs locaux. Les officiels ont également salué cette entrée en bourse ainsi que l’esprit d’innovation.

Selon la société, cette entrée en Bourse signifie une transformation de l’entreprise passant d’un mode traditionnel dirigé par des individus, une famille, au mode de fonctionnement d’une entreprise cotée en Bourse.

Huang Xuesheng

Président, Eurasia Groupe

« Nous travaillons dur depuis plusieurs années. Nous sommes déjà la 3ème génération de Chinois à l’étranger ici. Je crois que nous allons jouer un rôle dans le développement des marchés des capitaux. »

Eurasia Groupe a été fondée en 1993. La société est spécialisée sur le marché de l’investissement et la location dans l’immobilier commercial. Elle dirige une plate-forme de vente en gros en France, attirant près d’un millier d’entreprises étrangères contrôlées par des Chinois à l’étranger et deviendra la plus grande plate-forme de vente de matières en provenance de Chine en Europe. Son volume de transaction a connu une croissance à 2 chiffres ces dernières années.

 

Impliqué au sein de nombreuses associations, M. Wang était depuis des années à la tête

d’une société familiale, Eurasia, composé d’une dizaine de salariés.

 

Eurasia Groupe à Gennevilliers

 

 

  1. WANG EURASIA GROUPE investi dans les hauts de seine, route principale u port à Gennevilliers

 

 

La star du Chinatown d’Aubervilliers est aussi dans l’immobilier

 

L’un des principaux hommes d’affaires du Chinatown d’Aubervilliers, Hsueh Sheng Wang, à la tête du groupe immobilier Eurasia,

 

Hsueh Sheng Wang « Un Chinois investit une partie du Port du Havre »

En 2011, l’homme d’affaires Hsueh Sheng Wang Eurasia Groupe, star du Chinatown d’Aubervilliers, affolait journaux et télés.

Inconnu du grand public, Hsueh Sheng Wang, le PDG d’Eurasia, règne sur les entrepôts de confection d’Aubervilliers. Celui qui a aussi investi dans le port du Havre s’adresse aujourd’hui à un parterre de décideurs français pour vanter les bienfaits du commerce franco-chinois.

16 déc. 2014 08:00 – Christophe Joly

Sous les lustres de cristal et les dorures du Bristol à Paris, le très discret monsieur Wang va aujourd’hui s’adresser à des dizaines de chefs d’entreprise, ambassadeurs et hommes politiques, tous membres du Chinese Business Club ou invités par celui-ci. Le président d’Eurasia, son discours, il n’a pas l’intention de l’écrire à l’avance, son message il le connaît par cœur : la France a besoin d’investisseurs chinois, nous dit-il, installé dans son bureau, à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), où les fioritures d’un palace parisien n’ont pas leur place.

Cette ville aux portes de Paris est presque devenu son fief. Ici, il est à la tête de plus de 400 000 mètres carrés (soit la superficie de 70 terrains de football) de locaux loués à 1 200 sociétés, cumulant 30 millions d’euros de loyers chaque année. Un métier très éloigné de la restauration et du textile où il a fait ses premières armes il y a trente-cinq ans, « car il n’y avait pas assez de business ». Le business, il l’a trouvé dans l’importation de produits chinois, ajoutée à l’immobilier.

700 emplois promis

 

 

Un contrat signé en grandes pompes dans les salons de l’hôtel de ville du Havre par Wang et le maire de l’époque, Edouard Philippe, devenu Premier ministre.

Objectif: faire de ces lieux de stockage un vaste showroom où les exportateurs chinois pourraient montrer leurs produits aux potentiels clients français. Six ans plus tard, la majeure partie des entrepôts a bien été rénovée puis louée ou revendue à des PME et des logisticiens. Mais pas de showroom ni de grande plate-forme d’import-export.

Surtout, selon nos informations, l’ex-grossiste, est reconverti dans l’immobilier.

 

 

Grossiste reconverti dans l’immobilier

Agé de 52 ans, Wang est originaire de Ningbo, une ville portuaire située au nord de Wenzhou, dans la province du Zhejiang, considérée comme l’un des ateliers du monde et le principal berceau de l’immigration chinoise en France. Arrivé à 13 ans dans l’Hexagone, il se lance d’abord dans la restauration avant de faire fortune dans la confection, dans le Nord puis en région parisienne, fournissant les enseignes Kiabi, Gifi ou encore La Redoute.

L’homme d’affaires devient l’une des figures de proue du Sentier d’Aubervilliers. Le premier centre européen d’import-export de textile rassemble 1600 magasins de vente en gros, tenus en majorité par des commerçants originaires de Wenzhou. 10 000 personnes travaillent dans le « triangle d’or », entre l’avenue Victor Hugo, la rue des Gardinoux et la rue de la Haie-Coq où se situe le siège d’Eurasia Groupe, la société de Wang, cotée sur Euronext Growth (marché dédié aux valeurs moyennes) et dont il détient 64%.

Chinatown Aubervilliers est la plateforme de distribution en Europe

  1. WANG est reconverti et crée de l’emploi

Comme l’explique Richard Beraha dans son livre La Chine à Paris, Wang fait partie de ces Wenzhous les plus fortunés qui, jugeant leurs affaires de textile trop contraignantes et aléatoires, décident de s’en séparer pour se reconvertir dans l’achat, la vente et la location de locaux commerciaux. Eurasia gère ainsi 375 000 mètres carrés d’entrepôts et de boutiques, essentiellement en Seine-Saint-Denis, et a même plusieurs projets d’hôtel. Le chiffre d’affaires consolidé du groupe a atteint 31 millions d’euros en 2016, pour un résultat net de 9 millions. Au sein de la communauté chinoise, adepte de la discrétion, la personnalité de Wang détonne. Il n’hésite pas à s’afficher dans les médias et à jouer les VRP du Havre auprès des entreprises chinoises (34 % des clients du port), pour le plus grand bonheur des responsables locaux.

En 2014, il lance même sa propre chaîne de télé communautaire, Eurasia TV.

 

 

Centre Eurasia Groupe au Havre. Son PDG M. Wang est en France pour développer l’import export entre la Chine et la France et a acheté BANCEL

Le Groupe Eurasia a investi au Havre dans des entrepôts pour l’import / export entre la Chine et la France

En 2011, Eurasia, dirigée par M.Wang, a racheté pour 7 millions d’euros les anciens entrepôts Sage, au Havre dans le département Seine-Maritime.

« La société est actuellement détenue par la famille Wang à plus de 51 % », déclare Lionel Wang, sans autres précisions. Le rapport annuel 2010 indique que 39,57 % des actions sont détenues par le président Hsueh Shen Wang, à 37,61 % par le fonds d’investissement BG (également dirigé par Hsueh Shen Wang) et à 19,45 % par des investisseurs qualifiés, alliés.
Le solde du capital est détenu par les autres membres de la famille Wang ainsi que par des membres des familles Li et Wu. Le capital flottant destiné à la cotation en bourse (New York stock exchange Euronext) est de 0,01 %, ce qui préserve la société de tout risque d’OPA (Offre publique d’achat) ainsi que des fluctuations du marché et du risque d’une trop forte dévalorisation. Suite à cette introduction en Bourse, qui s’est faite il y a un an, « Eurasia Groupe a pu lever 12 millions d’euros », précise Lionel Wang.
L’entreprise a été créée en 1993 à Cambrais. Une « success story » de la diaspora chinoise en France ! Au démarrage, il s’agissait d’une petite société de vente de détail de produits textile et de maroquinerie fabriqués en Chine, destinés aux comités d’entreprises (Alcatel et Crédit Agricole) ainsi qu’aux chaînes de magasins Kiabi, Auchan, Babou, Intermarché, La Foire Fouille, Pimkie et Bonnes Affaires. A partir 2001, la société s’est réorientée sur des activités d’immobilier d’entreprise.

 

Aujourd’hui, où en sont les projets de l’homme d’affaires ?

Hsueh Sheng Wang, l’homme d’affaires qui avait racheté en 2011 les entrepôts Sage du Havre (Seine-Maritime) n’est pas « retenu » en Chine : la direction d’Eurasia dément les informations publiées par le quotidien Le Monde mardi 25 juillet 2017, et affirme poursuivre ses projets en Normandie.

M. Wang n’est pas « retenu » en Chine

Selon Le Monde, « M. Wang » serait « retenu » en Chine « dans des conditions floues », depuis « plusieurs semaines ». Le quotidien cite « l’entourage » de l’homme d’affaires et évoque « des soupçons de corruption à son égard » qui se seraient « renforcés ces derniers mois ».

 

 

C’est faux, affirme à Normandie-actu la direction d’Eurasia Groupe, son entreprise :

  1. Wang s’est rendu en Chine pour un congrès. Il a eu quelques soucis de santé qui l’ont amené à être hospitalisé. 

Sur les raisons pour lesquelles l’homme d’affaires était toujours, vendredi 28 juillet 2017, en Chine, Eurasia précise : « Nous l’avons tous les deux ou trois jours au téléphone. M. Wang est éloigné, mais le suivi de l’entreprise est assuré. »

Eurasia Groupe dénonce le fait que l’article du Monde laisserait entendre que M. Wang serait en fuite et précise :

Il s’agit d’une information judiciaire. M. Wang n’a pas été entendu par les services de police. Le parquet national financier pourrait décider de classer sans suite. Si nécessaire M. Wang, et Mme Wang, qui se trouvent sur le territoire national, se tiendront à la disposition de la justice. Mais cette affaire ne concerne pas Eurasia.

 

 

Un projet ambitieux au Havre

Né en Chine, arrivé en France, sans papiers en 1978, à l’âge de 13 ans, l’homme d’affaire d’Aubervilliers Hsueh Sheng Wang a d’abord fait dans la restauration et le textile, avant de se tourner vers l’importation, puis l’immobilier et la logistique. Sa société, Eurasia, gère notamment de nombreux entrepôts en région parisienne.

En 2011, Eurasia a racheté pour 7 millions d’euros les anciens entrepôts Sage, au Havre : un terrain de 14 ha pour une surface de stockage de près de 75 000 m2. Le projet était ambitieux : plus de 22 millions d’euros d’investissements prévus pour faire du lieu, idéalement placé sur un nœud routier et non loin des voies ferrées, en bordure du canal de Tancarville, une plate-forme logistique et commerciale, avec des espaces de stockage, des showrooms et des bureaux, consacrée à l’import-export entre la France et la Chine.

À l’époque, la transaction entre Eurasia et la Ville du Havre avait été très médiatique : Le Figaro titrait Un Chinois rachète une partie du port du Havre  l’entrepreneur franco-chinois devait participer à la redynamisation du port du Havre.

  1. Wang, personnage jusque-là discret, était présenté comme un symbole de réussite, et un trait d’union entre la Chine et la France.

Hsueh Shen Wang sur TV5 Monde en 2011 : 

Trois ans plus tard, le quotidien Paris-Normandie faisait le point.

Certes, des travaux avaient commencé, mais seules deux associations, La Banque alimentaire et les Restos du cœur, étaient hébergés sur le site, tandis qu’une grande partie de la surface était vide.

Nous n’avons pas trop mal avancé mais, vu la conjoncture, moins vite que prévu, concédait M. Wang à LCI. Nous sommes patients. Il faut laisser du temps au temps.

« Plus commercial que logistique »

À l’été 2017, « la société est respectueuse de ses engagements », précise la direction d’Eurasia, qui dément toute difficulté : la suspension de cotation Euronext, depuis début juillet, aurait été demandée par la société elle-même (Euronext indique une suspension temporaire au titre de l’article 7.3.1 « manquements de l’émetteur » de son réglement).

Sur le site du Havre, si le site Implantéo (de l’agence Le Havre Développement) mentionne 4.5 ha d’entrepôts disponibles à la location, les lieux continuent de se remplir, selon Eurasia. La Banque alimentaire et les Restos du cœur, locataires depuis 2013, y sont toujours installés. Une entreprise industrielle du Havre y effectue du stockage. Et Eurasia annonce l’installation récente de la société Soccer Indoor, et la signature, le 27 juillet, d’un bail avec une entreprise commerciale de loisirs.

On est loin des projets évoqués en 2011, lors de l’acquisition du site : « L’installation de ces deux enseignes va amener du public, et participer à la dynamique du site », indique-t-on à Eurasia, où on assume une réorientation « plus commerciale que logistique » des lieux.

 

 

WANG EURASIA GROUPE a acheté SCARNA / BANCEL construction

 

BANCEL est une entreprise de batiment,

BANCEL : Héritiers d’une longue tradition de bâtisseurs, les femmes et les hommes de Bancel restent très attachés aux valeurs qui guident le groupe depuis sa création : la maîtrise technique, le goût du travail bien fait, la sécurité, l’esprit d’équipe et la satisfaction des clients.

 

Partagées par tous, ces valeurs se traduisent sur le terrain, au quotidien, par une qualité de réalisation et de service dont témoigne la fidélité des principaux clients du groupe depuis de longues années.

 

Activités

Traitement de façade – Travaux Publics – Particuliers – Béton Armé – Maçonnerie – Canalisations – Travaux industriels – Rabattement de nappe phréatique

 

bancel

95 rue de Cahors 59640 Dunkerque